Vacances de La Toussaint

Pendant les vacances de La Toussaint, les cours seront assurés aux jours et horaires suivants :

Lundi 26 octobre                  19 h – 21 h

Mercredi 28 octobre           19 h – 21 h

Lundi 2 novembre               Pas de cours

Mercredi 4 novembre         19 h – 21 h

Mettre son Hakama correctement

  1. Enfilez le Hakama en prenant soin de ne pas enfiler les deux jambes du même côté. Tenir le Hakama à l’aide des lanières de fixation (longues) du devant et l’ajuster de sorte à ce qu’il vous arrive un tout petit peu en dessous du nombril.
  2. Les lanières de fixation avant (longues) sont passées derrière le dos et croisées une première fois avant de revenir sur le devant du Hakama. Elles sont ensuite recroisées une nouvelle fois sur le devant, en dessous de l’ourlet (attention: la lanière droite doit être sous la lanière gauche), puis repassées dans le dos où elles sont fixées à l’aide d’un nœud à boucle.
  3. Rentrez la partie en forme de trapèze derrière le nœud des lanières de fixation à l’aide de la languette en plastique, puis ramenez les lanières de fixation arrières vers l’avant en les croisant en dessous de l’ourlet juste au dessus des lanières de fixation de l’avant. (attention: la lanière gauche doit être sous la lanière droite).
  4. La lanière de fixation droite arrière est ensuite passée sous la lanière de fixation gauche d’abord et sous les lanières de fixation avant ensuite, puis elle est attachée à l’aide d’un nœud avec la lanière de fixation gauche arrière.
  5. Enroulez les parties restantes des lanières de fixation arrières autour des autres lanières jusqu’à ce qu’elles disparaissent derrière le Hakama. Voilà! Le Hakama est parfaitement ajusté!

Source : www.kendo-sport.de

DOJO : Le début et la fin de l’entrainement de Kendo

L’article qui suit n’est pas de moi mais a été écrit dans le forum du CNK par une pratiquante du sud-ouest de la France (Tarn) sous le pseudo de Minori.

Je ne la connais pas personnellement mais je sais qu’elle est japonaise. Elle écrit régulièrement depuis plusieurs années des petits articles sur différents sites, toujours très intéressants, sur le Kendo, la culture japonaise et les difficultés que nous, occidentaux, avons à comprendre certaines subtilités de la technique, du comportement et du sens des rituels propres à la pratique du Kendo.

Dans le texte que je reproduis, elle explique le sens des différents commandements que l’on entend au début et à la fin d’une séance de Kendo. Elle insiste aussi sur l’attitude à avoir à l’énoncé de ces différents ordres.

Le début d’entraînement :

1-Quand un Sempaï dit SEIRETSU, on s’aligne rapidement .
2-L’ordre  » SEIZA  » pour se mettre à genoux mais il ne faut pas s’ asseoir avant sensei.
3-Quand le Sempaï dit  » SHISEI O TADASHITE  » , il faut redresser le dos.
4-Pour se taire et méditer on dira  » MOKUSO  »
5- » MOKUSO YAME  » pour qu’on s’arrête Mokuso
6- » SHOMEN NI REI  » pour saluer en face et en silence.
7- » SENSEI NI REI  » pour saluer au professeur en disant « ONEGAISHIMASU  » tous ensemble.
8-« OTAGAI NI REI  » Saluons aux camarades en prononçons haut et fort  » ONEGAISHIMASU  »

1 / SEIRETSU(prononcez comme Séé-létzou 整列) veut dire l’alignement bien rangé.

Les élèves doivent se dépêcher voire courir pour s’aligner.
Faire attendre les Sensei et Sempaï ( qui donne des ordres ) est très mal poli, ce n’est même plus la peine d’y penser à pouvoir apprendre quelque chose sur ce dojo si on ne peut pas accorder son attidude de respect.

2 / SEIZA 正座 est une position assise. genoux pliés et les fesses sur les talons

Au cas où vous ayez des problèmes aux genoux par exemple, vous demandez à votre Sensei pour avoir une permission de faire votre Mokuso debout.
Sonkyo Debout, Seitei Iai Debout, seront autorisés pour certains cas.

La phrase 3, j’ai ajouté exprès à mon goût.
C’est pour rappeler aux camarades : se tenir droite, redresser le dos, baisser les épaules et entrer le menton , avant de fermer les yeux.

4 / MOKUSO s’écrit en deux lettres : 黙(もくMOKU/Silence) – 想(そうSO/ Méditer)

Vous faites votre propre méditation à votre façon. Penser, réfléchir, ou alors ne rien penser.
Au moment de Mokuso, vous mettez vos mains jointes devant le ventre : un peu plus bas que le nombril, là où votre KI se développe.
Je joins ma main droite dessous de la main gauche, la paume de deux mains vers le ciel. Deux pousses se poussent légèrement l’un contre l’autre et aussi il y en a d’autre façon comme : deux mains se prient au milieu du corps etc…
La forme de ces mains jointes pour la méditation ( dit JYOIN ), est variée selon la religion ou de l’école vous devez demander à votre sensei comment vous faites dans votre dojo.

6 / SHOMEN 正面 ( en face ) NI ( à ) REI 礼 ( saluez ! impératif , se prononce LEÏ)
SHIN-ZEN 神前( autel ) NI ( à ) REI 礼 ( Saluez ! )

Autre fois presque tous les DOJOs du Japon avait un autel domestique shinto. Il y a des esprits partout, même au Dojo, on soignait cet autel en y mettant du sake et du riz … Maintenant le monde est devenu laïque ( si j’ose dire ) l’autel disparaît, à la place on y met souvent les photos de fondateur du club, un tableau de calligraphie , un symbole du club… Pour rassembler l’esprit du club. Si ce symbole n’est pas en face d’alignement, il faut se déplacer la position de Seiza, avec votre shinai à gauche de votre corps ( sans faire du bruit ) avant de saluer face au symbole du club.

7 / SENSEI 先生( Professeur ) NI ( à ) REI 礼( Saluez ) : Si il y a un seul professeur
SENSEI-GATA NI REI : Si il y ‘en a plusieurs.
Dites lui ONEGAISHIMASU

8 / OTAGAI お互い ( entre tous les camarades ) NI (à ) REI 礼(Saluez ) : Saluer entre les camarades, il faut dire également ONEGAISHIMASU

Attention !
Il faut renverser 6 et 7 du début pour la cérémonie de la fin du cours.
Le début : Shomen-Sensei-Camarades, et dites ONEGAISHIMASU
La fin : Saluez Sensei d’abord, en suite Shomen et Camarades en dernier. et dites ARIGATOO GOZAIMASHITA

Ca vous paraît peut-être de ne pas avoir d’importance de faire une cérémonie au but de progresser techniquement et physiquement mais pour être à l’heure, saluer aux camarades, remercier aux sensei et sempaï, se réunir l’esprit du club… sont important – mon avis – pour mieux progresser tous ensemble.

On doit peut-être inventer la cérémonie de la bière, on aura peut-être plus de nouveaux…

La dernière ligne concernant la bière n’est pas de moi, mais bien de Minori !